Les différentes qualités des copies de films

Il existe quatre types de copies de films : préservation, accès, copie de travail et code d’encoche. Découvrez les différences entre ces quatre types. Quel que soit le type de copie de film dont vous avez besoin, vous devriez pouvoir en trouver une qui réponde à vos besoins spécifiques. Lisez ce qui suit pour en savoir plus. Cet article vous expliquera les principes de base de toutes ces copies. Il explique également ce qu’est chaque type de copie et ce que vous devez rechercher.

Copies de conservation

Il existe deux grands types de copies de préservation : analogiques et numériques. Les ressources d’information analogiques peuvent être préservées sous leur forme originale dans un environnement inoffensif. En revanche, les ressources d’information numériques doivent être copiées de leur support de stockage obsolète vers leur support de stockage actuel, dans une variété de niveaux de qualité et de quantité. Des copies de préservation des fichiers numériques doivent être réalisées pour les protéger des effets des conditions physiques et numériques. Il est également essentiel de convertir les documents numériques dans de nouveaux formats, tels que PDF et JPEG. Selon le type de copie de préservation, il existe différentes considérations juridiques. Par exemple, une copie de conservation peut être réalisée dans certaines circonstances si l’original est publié dans un format obsolète. La copie de conservation doit être réalisée conformément aux conditions générales de l’accord de licence. Par exemple, le photocopieur doit fonctionner dans des conditions optimales, et ses toners doivent répondre aux paramètres de chaleur/pression requis. Certaines organisations exigent une machine spécifique pour la photocopie de préservation. En outre, l’adhésion d’une image au papier doit être testée. À cet égard, le document d’information technique n° 5 de la National Archives and Records Administration explique comment effectuer ce test. Les clients peuvent également effectuer ce test sur les copies produites par les fournisseurs. Cette recherche sera directement applicable à l’environnement actuel des dépôts numériques et introduira de nouvelles mesures pour définir les erreurs dans les livres numérisés. Ces résultats pourraient déboucher sur des évaluations communes de la qualité des volumes numériques. En outre, ils augmenteront l’impact des volumes conservés numériquement dans les discussions plus larges sur les collections imprimées. Les résultats de la recherche permettront aux dépôts numériques d’évaluer la qualité des volumes numérisés et de déterminer les normes de conservation appropriées pour ceux-ci. Ainsi, les résultats de la recherche fourniront des informations précieuses qui pourront aider les archivistes et conservateurs numériques à améliorer la qualité et l’utilité de leurs collections.

Accès aux copies

Il existe plusieurs types de copies différentes. Un type de copie est connu sous le nom de copie d’accès. Un autre type est une copie de référence. Les deux types de copies sont destinés à permettre l’accès au contenu. Les copies d’accès sont généralement de faible résolution et sont disponibles sur Internet. Pour assurer la compatibilité avec une variété de formats, la copie de distribution doit être disponible dans un format qui peut être largement utilisé. Pour plus d’informations, consultez la page de la NARA sur les copies de distribution. Pour déterminer la qualité des copies, l’entité couverte doit calculer les coûts de main-d’œuvre. Les coûts réels de la main-d’œuvre doivent être raisonnables, et les frais de port et les fournitures doivent être inclus. L’entité couverte doit informer les individus du coût approximatif de la copie des RPS. Ces frais ne devraient pas dépasser 15 % du coût de la copie. Elles peuvent facturer aussi peu que 15 dollars par copie. Si vous avez besoin de plus de 50 copies, les frais seront plus élevés. Si votre organisation n’est pas tenue de facturer des frais, vous devez en informer la personne à l’avance.

Empreintes de travail

Les films sont généralement constitués de plusieurs types de matériaux différents. Dans une production cinématographique traditionnelle, le négatif, les bobines A et B et la bande sonore peuvent tous être présents sur une seule bobine de film. Les bobines sont parfois coupées en deux pour créer un son fractionné, un fondu ou un fondu enchaîné, ainsi que pour dissimuler les raccords et les chutes. Le workprint est une version du film qui n’est pas la version finale, mais qui a été montée et projetée pour un public plus large. Les workprints peuvent également présenter des rayures, des salissures et des déchirures importantes, tandis que les slugs, un morceau de film vierge enroulé sur la bobine d’image, indiquent les endroits où des plans ont été coupés ou supprimés. Dans le monde du cinéma, les workprints sont des versions brutes d’un film qui sont utilisées par le monteur pendant le processus de montage. Elles peuvent inclure des séquences d’archives et des enregistrements sonores originaux. Elles peuvent également servir à remplacer des plans ou des effets spéciaux manquants, ainsi qu’à tester des animations. Ils étaient traditionnellement créés à partir de négatifs de caméra ou de tirages de deuxième génération, mais sont désormais généralement créés à partir de séquences télécintrées. Par conséquent, elles sont de moins bonne qualité que les copies destinées aux salles de cinéma.

Codes d’encoche

Les copies de film contiennent une série d’indentations, appelées « codes d’encoche », le long du bord. Ces encoches permettent d’identifier la marque et le type de film et aident également les photographes à charger les feuilles de film dans les porte-films. Ces indentations ne sont cependant pas toujours précises, car les photographes peuvent avoir coupé la feuille de film pour diverses raisons. Cependant, vous pouvez toujours lire un code d’encoche sur la copie pour savoir si le film est de type acétate ou nitrate. Un film avec un code d’encoche a plus de chances d’être authentique qu’un film sans code d’encoche. Les films en feuilles sans code d’encoche lisent généralement les empreintes du fabricant sur le côté de la base, ou les informations en relief sur le côté de l’émulsion. Ceci est particulièrement utile pour les films plus anciens. Les encoches peuvent également être un indice du processus de détérioration. Les taches d’oxydation et les reflets d’argent sont des signes de détérioration courants sur les copies de films. Les films en acétate sont également noirs opaques et plissés, avec des cristaux blancs en dessous.

Densité du film

Le densitomètre est un appareil qui mesure la quantité de lumière qui est transmise à travers le film. Le film est placé entre la source lumineuse et le capteur. Le densitomètre donne alors une lecture de la densité. Les valeurs les plus élevées sont plus sombres que les plus basses, et les valeurs les plus basses sont plus claires. Le densitomètre est utile pour évaluer le degré d’obscurité de la copie d’un film. Par exemple, un film d’une densité de 1,0 est deux fois plus foncé qu’un film d’une densité de 0,5. La courbe caractéristique représente les niveaux de densité maximum et minimum pour chaque type de film. La zone D-Min d’un film noir et blanc correspond à la « base plus le brouillard » dans le cas du noir et blanc. La courbe de la fonction de transfert de modulation mesure la capacité d’un film à enregistrer des détails fins. Elle est mesurée par la transmission de la lumière sur une série de lignes qui sont plus rapprochées les unes des autres. La courbe D-Log représente également le « comportement » du film. Plusieurs cibles sont nécessaires pour les microformes. Ces cibles ne sont pas liées au contenu, mais sont utilisées pour évaluer la qualité de la copie. Selon le type de cible, elles peuvent être nécessaires pour répondre à des exigences légales strictes, telles que l’admissibilité d’un document juridique ou la préservation à long terme d’un document source. Il existe également des cibles techniques, telles que les cartes de résolution qui déterminent la mise au point d’un texte et les cibles de densité uniforme.

Systèmes numériques

En 2005, les six plus grands studios de cinéma ont créé une norme pour le cinéma numérique. Ils ont demandé aux fabricants de tester leurs produits pour qu’ils répondent aux nouvelles normes, et ont créé des logiciels pour créer des DCP. Les copies de films produites par les DCP répondent aux mêmes normes de qualité que les films des autres studios de cinéma. Les cinémas acceptent désormais les DCP au lieu des copies traditionnelles. Les paquets de cinéma numérique contiennent plusieurs langues, ainsi que des données audio et des sous-titres. La copie pour cinéma numérique présente plusieurs avantages. Les films de haute qualité peuvent être stockés sous forme numérique, ce qui en facilite l’accès et la conservation. Pour l’accès en ligne, des masters numériques haute résolution sont créés et stockés dans des dépôts numériques. Alors que le film original est toujours placé dans une chambre froide gérée, des copies d’accès peuvent être créées. Ces copies sont des répliques incomplètes, mais elles sont suffisantes pour le visionnage en ligne. Contrairement aux copies de film traditionnelles, les masters de préservation numérique peuvent préserver la résolution du film original. L’un des principaux avantages de la copie numérique de cinéma est la polyvalence des fichiers créés. En quelques clics, un client peut immédiatement visionner un film dans sa version numérique. Il peut également télécharger ou diffuser le film sur d’autres appareils. Ce type de copie numérique de films est compatible avec la plupart des appareils courants, y compris les ordinateurs portables et de bureau. Cependant, il présente également des inconvénients. La copie cinéma numérique nécessite une source vidéo haute résolution.

Maisons de post-production

Il existe un certain nombre de différences entre la qualité des copies de films que les maisons de post-production peuvent réaliser. Certaines d’entre elles peuvent être en mesure d’inclure davantage de plans. D’autres ne peuvent fournir que quelques plans. C’est là que les images de synthèse entrent en jeu. D’autres fois, le film nécessitera des incrustations ou des prises de vue sous licence. Dans tous les cas, la postproduction est l’étape finale. Après tout, l’objectif est de s’assurer que le film sera largement distribué. Les films passent par différentes étapes de post-production. De la sélection des meilleurs angles de caméra, du mixage du son et des effets visuels à la distribution du film fini, ce processus est essentiel à la réussite d’un projet. Après tout, l’équipe de tournage a travaillé incroyablement dur pour réaliser un grand film. L’équipe de postproduction doit maintenant assembler les différentes scènes pour en faire une histoire passionnante. Ce processus peut être très complexe et il existe de nombreux types de postproduction. Les films soumis à la postproduction contiennent souvent des séquences brutes. Le métrage brut est souvent appelé métrage « brut » et est souvent jeté après le montage. Le processus de postproduction fait appel à diverses méthodes de traitement de l’image. Les professionnels utilisent des logiciels propriétaires et libres pour traiter les images. Ils peuvent également utiliser des logiciels libres et d’autres types de systèmes d’exploitation. Les copies de film d’une maison de post-production peuvent être très différentes de celles d’une autre société. Si la qualité d’une copie de film dépend du flux de travail de l’entreprise, chacun doit s’attendre à un travail de haute qualité.

Recent Articles

Related Stories